Aloe tongaensis

Aloe tongaensis

Succulentopedia

Aloidendron tongaense 'Medusa' (Aloès des arbres du Mozambique)

Aloidendron tongaense 'Medusa' (Aloe arbre du Mozambique), anciennement connu sous le nom d'Aloe tongaensis 'Medusa', est un arbre de taille moyenne avec une ...


Aloidendron tongaense

Noms communs: Tonga tree aloe (Eng.) Tonga boomaalwyn (Afr.)

Introduction

Un arbre-aloès de taille moyenne endémique des forêts côtières du nord du Zululand et du sud du Mozambique. Il a des fleurs orange voyantes, courbes et pousse bien dans les régions côtières sablonneuses.

La description

La description

Aloidendron tongaense est un arbre succulent à branches fourchues, atteignant 8 m de haut et à peu près de la même largeur, avec une couronne arrondie. Le tronc principal est robuste et mesure jusqu'à 800 mm de diamètre à la base. Les branches portant des feuilles mesurent environ 30 mm de diamètre. L'écorce est grise. Ses racines sont charnues et d'environ 33 mm de diamètre chez les plantes matures.

Les feuilles, environ 20, sont portées en rosettes aux extrémités des branches. Ceux-ci sont fermes, coriaces et la partie supérieure profondément canalisée. La surface inférieure est arrondie et le bord de la feuille est pourvu de petites dents, de 2 mm de long et de 5 à 10 mm d'écart. Le bout de la feuille est pointu (aigu). Les feuilles les plus âgées sont caduques à partir de la base.

L'inflorescence est ramifiée comme un chandelier (candélabriforme) et atteint 350 mm de haut et environ 190 mm de diamètre. Les grappes mesurent 40–60 mm de long et sont disposées de manière laxiste, ascendantes, avec des bourgeons jaunes. Les fleurs tubulaires orange jaunâtre sont courbées et mesurent 47–50 mm de long, 8– mm de diamètre, avec des anthères jaunes légèrement saillantes, avec une base légèrement enflée et sur des pédicelles de 10–14 mm de long. Celles-ci sont pendantes lorsque les fleurs s'ouvrent. Les capsules fructifères se dressent après la floraison. Les graines sont aplaties, ailées et d'environ mm de diamètre. Floraison: principalement automne (avril – mai dans l'hémisphère sud).

Aloidendron Tongaenseest étroitement lié à A. barberae et A. eminens. De ceux-ci, il se distingue immédiatement par ses fleurs incurvées orange jaunâtre de 47–50 mm de long. Aloidenron barberae a des fleurs roses nettement plus courtes, qui ne sont pas courbées. A. barberae est notre plus grand aloès arboricole (jusqu'à 19 m de haut) des vallées montagnardes et fluviales de l'est de l'Afrique du Sud.

État de conservation

Statut

Aloidendron tongaense est assez commune dans la forêt de sable et par conséquent, elle n'a pas été inscrite sur la Liste rouge des espèces végétales sud-africaines (Raimondo et al. 2009).

Distribution et habitat

Description de la distribution

AloIdendron tongaense est connue uniquement dans la forêt de sable du Tongaland à Kosi Bay en Afrique du Sud ainsi que dans le territoire adjacent de la côte sud du Mozambique. Dans la baie de Kosi, le long de la frontière nord du KwaZulu-Natal, des plantes ont été observées dans des conditions chaudes, humides et subtropicales, à une altitude de 5 à 30 m. Les plantes poussent dispersées dans un sol sableux. Les précipitations dans la région sont élevées, 1 250–1 500 mm par an, et elles se produisent principalement en été. Les espèces d'arbres forestières associées les plus courantes comprennent: Albizia adianthifolia, Barringtonia racemosa, Clausena anisata, Dracaena hookeriana, D. reflexa, Drypetes natalensis, Ficus bubu, F. craterostoma, F. tremula, F. trichopoda, Hymenocardia ulmoides, Ochna natalitia, Oxyanthus latifolius, Phoenix reclinata, nicolai, Syzygium cordatum, Trichilia dregeana, Vepris reflexa et Voacanga Thousarsii.

Dérivation du nom et des aspects historiques

Histoire

L'épithète latine spécifique Tongaense, fait référence au Tongaland dans le nord du Zululand, sur la côte. Cette espèce a été nommée Aloe tongaensis par l'auteur en 2010, dans le magazine de la société sud-africaine des succulentes et des aloès, Aloe. Dans le passé, cette espèce était connue comme une forme côtière de Aloe barberae. Le genre Aloidendron a été créé par Ronel Klopper et Gideon Smith en 2013 à la suite d'études ADN d'Olwen Grace au Royal Botanical Garden, Kew, pour accueillir tous les aloès arboricoles à ramification fourchue (dichotomique) (feuilles caduques par le bas). Les six espèces suivantes ont été transférées à ce genre, à savoir Aloidendron barberae, A. dichotomum, A. eminens, A. tongaense, A. ramosissimum et A. pillansii. Le fan-aloe associé, anciennement connu sous le nom de Aloe plicatilis du Cap occidental, a aussi des branches dont la fourche, cependant, avec des feuilles qui restent opposées (distiques), a été placée dans un genre à part, Kumara plicatilis.

Écologie

Écologie

Aloidendron tongaense est pollinisée par les sunbirds et les graines sont clairement dispersées par le vent. Les graines mûrissent à la fin de l'été et à l'automne coïncidant avec la saison des pluies.

Hormis son utilisation horticole, il n'y a pas d'utilisation enregistrée.

Cultiver Aloidendron tongaense

Aloidendron tongaense est un petit arbre ornemental à croissance assez rapide, avec un attrait horticole. Il se propage facilement par les extrémités des branches (boutures de branches) ou par graines. Si elles sont cultivées dans des conditions ombragées, les feuilles ont tendance à être plus grandes. Les plantes préfèrent un sol sableux pauvre en minéraux, légèrement acide.

Aloidendron tongaense s'adapte bien à la culture et fait mieux dans les jardins côtiers ou semi-côtiers ou comme plante en pot (Van Jaarsveld 2010). Il pousse bien dans d'autres parties du monde ou dans des climats similaires où le gel est absent ou léger. Les plantes sont également populaires en Californie, où elles sont cultivées comme plante caractéristique. Il pousse également bien dans les jardins de type méditerranéen dans d'autres parties du monde. Les plantes poussent en plein soleil ou à l'ombre légère et devraient atteindre leur taille de floraison dans environ huit ans. Pour obtenir des graines pures, il est préférable d'effectuer une pollinisation croisée à partir de deux individus. Cela peut être accompli avec un bâton d'allumette affûté et en transférant le pollen d'une plante génétiquement différente à la stigmatisation d'une autre de la même espèce, garantissant ainsi que l'espèce se reproduit fidèlement.

Aloidendron tongaense les graines doivent être semées de préférence pendant les mois les plus chauds, dans une position ombragée. Couvrir d'une fine couche de sable légèrement acide et garder humide. La germination a généralement lieu dans les trois semaines. Les semis poussent lentement et sont mieux plantés lorsqu'ils sont assez gros pour être manipulés.

La multiplication à partir de boutures de tiges est mieux entreprise au printemps. Laisser la coupe former un talon, en la plaçant sur un rebord de fenêtre sec pendant une semaine. Les boutures sont mieux enracinées dans des conteneurs dans un milieu bien drainé, comme le sable. Une fois enracinées, elles peuvent être plantées dans des contenants individuels et conservées jusqu'à ce qu'elles soient bien établies.

Il est préférable de nourrir les plantes avec une alimentation biologique (compost ou tout autre engrais liquide). Aloidendron tongaense peut être arrosé à tout moment de l'année, cependant, l'arrosage doit être réduit en hiver.

Les références

  • Grace, O.M., Klopper, R., Smith, G.F., Crouch, N.R., Figueiredo, E., RØnsted, N.E. & Van Wyk, A.E. 2013. Une classification générique révisée pour l'Aloe (Xanthorrhoeaceae subfam. Asphodeloideae). Phytotaxa 76,1: 7–14.
  • Manning, J. et al. 2014. Une classification générique révisée pour Aloe (Xanthorrhoeaceae subfam. Asphodeloideae). Une phylogénie moléculaire et une classification générique de la sous-famille des Asphodelaceae Alooideae Systematic Botany 39 (1): 55–74.
  • Mucina, L. et Rutherford, M.C. 2006. La végétation de l'Afrique du Sud, du Lesotho et du Swaziland. Strelitzia 19. Institut national sud-africain de la biodiversité, Pretoria.
  • Reynolds, G.W. 1950. Les aloès d'Afrique du Sud. Administrateurs du Fonds du livre Aloes of South Africa, Johannesburg.
  • Reynolds, G.W. 1966. Les aloès d'Afrique tropicale et de Madagascar. Administrateurs de l'Aloesof South Africa Book Fund, Mbabane.
  • Raimondo, D., Von Staden, L., Foden, W., Victor, J.E., Helme, N.A., Turner, R.C., Kamundi, D.A. Et Manyama, P.A. (eds) 2009. Liste rouge des plantes sud-africaines. Strelitzia 25. Institut national sud-africain de la biodiversité, Pretoria.
  • Van Jaarsveld, E.J. 2010. Jardinage sage de l'eau. Struik, Le Cap.
  • Van Jaarsveld, E.J. 2013. Aloe tongaensis, une nouvelle espèce de Tongaland, KwaZulu-Natal (Afrique du Sud), et une nouvelle disposition en coupe de l'arbre d'aloès Aloe 47,3: 64–71.

Crédits

Ernst van Jaarsveld
Jardin botanique national de Kirstenbosch
Janvier 2015


Aloidendron tongaense

Aloidendron tongaense, Auparavant Aloe tongaensis, est une espèce de plante du genre Aloidendron, originaire des forêts côtières tropicales sableuses du KwaZulu-Natal, à la frontière entre le Mozambique et l'Afrique du Sud.

Il pousse comme un arbre massif et ramifié, presque aussi haut que son parent plus grand et plus répandu, l'aloès arbre géant. Aloidendron barberae. Cela ressemble à A. barberae, cependant, ses feuilles sont légèrement plus jaunes et il produit des fleurs rouge vif. [2] [3] [4] [5]

  1. ^ uneb"Aloidendron tongaense". Liste de contrôle mondiale des familles de plantes sélectionnées. Jardins botaniques royaux de Kew. Récupéré 16/10/2017.
  2. ^ Ernst van Jaarsveld et Eric Judd (2016). Aloès arboricole d'Afrique.
  3. ISBN978-0-620-64126-5
  4. ^ Van Jaarsveld, EJ 2010. Aloe tongaensis, une nouvelle espèce de Tongaland KwaZulu-Natal (Afrique du Sud), et une nouvelle disposition en coupe de l'aloès des arbres. 47 3: 4–11.
  5. ^ Reynolds, GW 1950. Les Aloes d'Afrique du Sud. Administrateurs du Fonds du livre Aloes of South Africa. Johannesburg, Afrique du Sud.
  6. ^ Reynolds, GW 1966. Les aloès d'Afrique tropicale et de Madagascar. Administrateurs du Fonds du livre Aloes of South Africa. Mbabane, Swaziland.

Cet article Asphodelaceae est un bout. Vous pouvez aider Wikipedia en le développant.


Aloe tongaensis 'Medusa'Aloe barberae (Aloe bainesii) 'Medusa'

Aloe tongaensis 'Méduse' - (Aloès des arbres du Mozambique) est un arbre d'aloès de taille moyenne à grande, atteignant 9-12 + pieds de haut avec des tiges fortement ramifiées et de fines feuilles recourbées vert pâle de 1Ѕ pouce de long. Il fleurit au début de l'hiver avec la tige de la fleur s'élevant de 1 à 2 pieds avant de se ramifier avec chaque branche verticale portant des grappes compactes arrondies de bourgeons orange pâle s'ouvrant à une couleur saumon pâle ou jaune. Il pousse bien en plein soleil dans un sol bien drainé. Aloe tongaensis 'Méduse' bénéficie d'une grande quantité d'eau et d'engrais pendant les mois chauds pour accélérer la croissance, et il est également résistant à la sécheresse. Il est rustique à environ 22 ° F.

Aloe tongaensis 'Méduse' a longtemps été considérée comme la forme mozambicaine de l'aloès des arbres, Aloe barberae (Aloe bainesii)qui pousse dans l'Afrique australe subtropicale, du Cap oriental d'Afrique du Sud au nord en passant par le Mozambique et l'Afrique de l'Est. Le producteur Kevin Coniff a nommé l'usine Aloe barberae (Aloe bainesii) 'Méduse" Dans les années 1980. Il a remarqué que ces plantes poussaient très différemment des plantes typiques Aloe barberae, se ramifiant et fleurissant à un plus jeune âge et produisant des fleurs jaune orangé pâle, au lieu de fleurs roses. En 1994, John Lavranos a identifié ces plantes comme étant la forme mozambicaine d'Aloe barberae et a noté que les graines des plantes originales de Coniff étaient récoltées le long de la côte du Mozambique près de sa capitale Maputo. La nouvelle espèce, Aloe tongaensis, a été officiellement décrit en 2011.


Voir la vidéo: SUCCULENT GARDEN TOUR. TREE ALOES. ALOIDENDRON BARBERAE. LOVE OF PLANTS